[accueil] [histoire de la maquette] [documentation] [analyses] [forum] [news & expos] [ webmestre ] [aerostories ] [liens]

>sommaire précédent<

Pour agrandir les images, cliquez dessus !

BONUX 1/288 Bréguet « Deux Ponts »
Br 765 « Sahara »

Bonux 1/288 Breguet deux-ponts [années 60]

Ce kit se compose de 15 pièces moulées en styrène gris métallique, du même genre que les Airfix de l'époque. Les formes sont bien rendues (encore qu'il y ait un doute sur la forme du nez ?) mais je ne peux me prononcer sur les empennages car aucun parmi les exemplaires que j'ai pu examiner ne les avait !

Le travail a commencé avec la recherche de la documentation. Ce ne fut pas chose aisée mais enfin après avoir exploré quelques sites Internet qui ont suggéré les décorations possibles j'ai retenu côté papier les sources suivantes :
- Airliners of the World par Kenneth Munson , Blandford 1967
- La Vitrine du Maquettisme n° 44 avec un très bel article sur le montage du thermoformé JMGT, des vues de detail et un plan dépliant au 1/72
- Divers numéros d'Aviation Magazine notamment  le numéro 277
La préparation commence par l'obturation des divers hublots. En théorie on pourrait les garder mais le moule ayant vieilli, certains n'étaient plus marqués. Plutôt que d'essayer de les ouvrir dans un plastique que je craignais cassant , j'ai choisi de les représenter en décalques. Le pare-brise est lui, totalement faux. Il vaut mieux le faire disparaître.


Les ailes nécessitent un travail plus important car elles sont défigurées par une gravure très lourde et par un copyright Bonux qui mange toute l'aile droite ! J'ai donc regravé les volets et poncé l'estampage du nom de fabricant (du coup ma gravure de volets a quasiment disparue !).
Les moteurs sont assez informes : j'ai préféré les remplacer par du tube Evergreen mis en forme. Un tube fin Contrail en leur centre servira de support aux casseroles d'hélices. Les ridicules hélices fournies sont omises et remplacées par de petits gyrophares de chez Kibri (il existe des pochettes de gyrophares…se renseigner dans votre boutique de trains HO favoris) qui une fois peint simuleront les casseroles. Les pales sont oubliées car elles sont trop fines pour être représentées réalistement à cette échelle.
La fixation des ailes au fuselage est curieuse avec ces énormes taquets qui s'encliquètent dans les flancs ….mais curieusement le joint n'est pas aussi affreux qu'on aurait pu le craindre avec ce genre de solution !
Les empennages manquants ont été sculptés dans la carte plastique avec bien des difficultés et je ne suis pas entièrement satisfait de mes empennages verticaux. Dans la même section de l'appareil, la dérive centrale a été rehaussée pour mieux se conformer aux plans.

Les trains d'atterrissage sont plutôt rustiques. Après avoir affiné les manchons dans lesquels s'emboîtent les diabolos du train principal j'ai décidé de les conserver afin de ne pas trop modifier le modèle initial . Pour plus de réalisme on pourrait les araser et les remplacer par du tube Contrail. La roue avant, mal positionnée, n'a pas échappé à ce traitement qui l'a dotée d'une jambe plus fine et plus réaliste que l'originale. Les trappes de train , absentes du kit original, sont  découpées dans de la carte plastique extra-fine.

Petite ambiguïté que la documentation n'a pu lever : l'envergure de la maquette correspond à  la réduction à l'échelle de celle du Br 965  Sahara…qui devrait recevoir des réservoirs de bout d'aile. Pourtant plusieurs photos semblent montrer des Sahara sans les réservoirs. Alors erreur de légendage ? remise au standard Br 965 de Br 961-963 ? Dans le doute, et là aussi pour rester le plus proche du modèle original, je n'ai ni réduit l'envergure (3mm de chaque côté sinon), ni rajouté les bidons

Les hublots sont réalisés en décalcomanies, de même que le pare-brise. La ligne bleue devrait probablement s'étendre au pare-brise. Les « flash » tricolores sont, suivant les avions (ou peut-être suivant les époques) sur la dérive ou sur la gouverne. Les cocardes sont les plus petites trouvées sur une planche IPMS « spéciale cocardes françaises ». La photo de référence ne montre pas d'immatriculation (les Deux-Ponts en service militaire semblent avoir été repeints fréquemment !)

En conclusion : une maquette pas si fréquente (mais plus facile à trouver que le kit en injecté d'ETEX, la première maquette en injecté française en 1956)  d'un sujet rare….
Remerciements à J-L Gérard pour m'avoir soufflé la piste VDM...
© JC Carbonel / Modelstories 2004

Etat initial ….

État final.

A : hublots bouchés
B : cartouche Bonux effacé
C : moteurs repris en tube Evergreen
D : pare-brise bouché
E : empennages manquants refaits

A : dérive centrale rehaussée
B : hublots bouchés
C : la roue avant doit être déplacée

Les empennages entièrement refaits (mais pas totalement satisfaisants) les ailes liées au fuselage, le train avant repris.

Parmi ces feux, les futures casseroles d'hélices.