[accueil] [histoire de la maquette] [documentation] [analyses] [forum] [news & expos] [ webmestre ] [aerostories ] [liens]

>sommaire précédent<

REVELL 04340 1/72 Ju 290 A-5 Seeadler

Pour agrandir les images, cliquez dessus !

Revell 04340 1/72 Ju 290 A-5 Seeadler [2003]

Dans la lignée du Blohm & Voss de l'an dernier voici le Ju 290 A-5 (vu la découpe des pièces un A-7 en 2004 , voir un 390 ne paraît pas impossible). Fuselage entièrement aménagé (34 pièces plus armement ...aussi bien que sur du 1/48!), trappe arrière rapportée , moteurs détaillés avec capots moteurs démontables (cf BV)…
La gravure est fine ...mais quand même pas assez pour le matelas d'antennes à l'avant.
4 versions de décorations sont proposées 9v+BH; 9v+KH; KR+LK ; a3+FB et les décalques sont bien denses en marquages techniques !
Une belle bête avec un honnête 60 cm d'envergure ! Faites de la place sur vos étagères

Nous voici donc en présence d'une maquette qui soulève l'enthousiasme.
Le Ju 290 est en effet anecdotique en regard de la production des belligérants, et même du simple IIIe Reich mais il n'en demeure pas moins une machine remarquable au potentiel fort élevé.
En témoignent les nombreuses variantes aisément produites à partir d'une cellule pourtant non prioritaire dans le Reich déclinant.
Car si seulement une demi centaine à peine de ces avions furent produits dès fin 1942, ils accomplirent leur rôle sans faillir, montrant une adaptabilité « au terrain » que peu d'appareils ont connu, passant du transport pur à la patrouille maritime et à l'attaque de convois, puis aux missions spéciales du KG200.


1ère approche : interrogations
rigidité : c'est en effet LA question vu la taille, la finesse du plastique et de la délicatesse de la gravure; mais l'assemblage à sec, lève vite les doutes sur le bon ajustage et la tenue de l'ensemble.

La seconde remarque visible dès l'examen des grappes concerne les empennages : leur partie inférieure est en « virgule » alors que leur courbe devrait être constante à l'image du hachoir à main d'un cuisinier.
Heureusement, ce point est très facilement corrigé par un ponçage et ne nécessite pas de rectifier la gravure de la jonction dérives / stabilo.

La troisième concerne les moteurs et nous en parlerons le moment venu.
Quant aux cotes, elles sont justes (il manque en fait à l'envergure de 58 cm… 2mm).

La notice :
Revell n'est pas un maître en la matière et l'appareil ayant connu des évolutions au cours de la production d'une même série, il vous faudra bien réfléchir à la version que vous souhaitez réaliser.
Car -ce que ne dit pas la boîte- vous avez le choix entre la version A-4 ou A-5.
…et que de vous-même, il vous faudra peu pour faire un A-3 (supprimer les sièges blindés et mettre un tourelle avant façon FW 200), un A-6 (désarmé… mais 50 sièges passager -par moulage des 3 fournis (pièces 18 et 19)-) voire un A-9.
Je rappellerai seulement que d'après la découpe, on peut espérer une autre déclinaison mais qu'elle n'est pas au programme de cette année (probablement un A-7, l'autre version majeure au nez vitré).

A noter que l'hexamoteur 390, outre un allongement du fuselage, dédoublait le plan central (moteurs intérieurs et nacelles de train) ce qui est faisable mais ambitieux quant à la rigidité du résultat

En fait, choisissez bien parmi votre documentation l'appareil, cela vous évitera de nager entre les choix aux stades 11, 17 à 22 …car Revell n'est pas toujours logique d'un schéma à l'autre !
Et pourtant, oui, seul le A-5 "180" a eu les postes de tir latéraux avec MG 151/20 (Revell les associe au « 172 » !). 

Songez aussi de suite si vous représentez votre avion en vol ou crashé (c-à-d train rentré) … ou pas (pour les étapes 37 à 39, 45-46) ; Revell invite à choisir phase 46, trop tard pour revenir en arrière !

On apprécie néanmoins parmi les 24 pages que 3 soient vierges pour les notes que l'on ne manquera pas de prendre en consultant la documentation, notamment pour rectifier les décorations proposées (voir fin d'article).

Quelle documentation justement ?

sur le web, une photo couleurs d'un A-4 / A-5 par ailleurs fort intéressante quant aux moteurs.

http://www.luftarchiv.de/flugzeuge/junkers/ju290.htm

Sinon en papier :

  • Monogram Close-Up n° 3  Ju290 (épuisé)
  • Die großen Dessauer (K. Kössler & G. Ott chez Aviatic Verlag -épuisé-)
  • Vom Original zum Modell: Junkers 290/390 (K. H. Regnat)
  • German Heavy bombers (M. Griehl & J. Dressel)

Montage :
Le poste de pilotage appelle peu de commentaires :
les accoudoirs côté travée sont relevés et un dossier appliqué au fond du blindage (par analogie avec les derniers Ju 88 produits par exemple)
le volant du trim est ajouté au droit des manettes (ici de simples boutons).
Les instruments sont exacts sur la pièce n° 5, pas sur le décal 55 du tableau de bord !
La verrière est claire mais moins translucide qu'attendu du fait de son épaisseur. On y ajoutera tout de même des poignées très visibles d'extérieur (voire la couverture du Monogram)
Les 3 sièges de repos en arrière cabine ont un dossier lisse et non rainuré mais cela se verra-t-il ?

La carlingue est un point un peu chagrin :
cadres et lisses ne figurent que dans l'embrasure des portes cargo. Mais si vous regardez de biais, on perçoit vite que la gravure n'est pas étendue !!
La prolonger demandera beaucoup de travail, pas forcément simple vu les 4 parties constituant le fuselage et le nombre de pièces à représenter.
J'ai donc renoncé ayant constaté que les avions avaient les portes fermées sauf lors de l'embarquement de l'équipage… qui ne figure pas dans la boîte, pas plus que l'échelle d'accès.

Bien sûr on verra moins l'armement latéral mais lui aussi est replié une fois l'avion au sol. NOTA : ceux qui choisiront une machine équipée de MG 151/20 latéralement devront faire en scratch un garde-fou qui préservait l'empennage des tirs.


Le train d'atterrissage est aussi simple que le vrai : seul les compas ont été ajourés. Les pneus sont lisses et la bande de roulement aplatie (ce n'est pas une moto !).

Et nous voici aux moteurs :
Onze pièces chacun, de belle facture et à l'assemblage aisé une fois la longueur de l'arbre d'hélice réduite d'un mm ; nous conseillons toutefois d'assembler chaque ensemble (capots compris) avant de les placer sur la voilure.
La gravure interne des 3 capots montre un pré-découpage permettant de facilement les ouvrir. Merci Revell !
Ceux qui le feront devront rester logiques et penser au scratch d'un échafaudage mobile.
Nous avons donc laissé cela fermé car il y a assez à faire avec la seule erreur majeure du kit.
En effet, sur la pièce 82, les pipes d'échappement sont masquées et une gorge est présente entre celles-ci et la cloison pare-feu !or celle-ci est inexistante « en vrai ». Laissez en l'état si le montage commence à être long pour vous (comparez avec la tranche de la boîte qui en présente une vue pour vous faire une idée) ou que vous ne souhaitez pas opérer délicatement pour un résultat partiellement satisfaisant.

Car une fois la couronne ajourée, les pipes restent plaquées alors qu'en réalité elles sont "écartées" vers l'extérieur
La gorge, elle, est comblée par du Evergreen 101 (0,10x0,30) et un masticage très léger

Ce n'est qu'alors qu'on pose la motorisation sur les ailes contribuant à leur renforcement (donc reporter la phase 42 à ce moment-là).

Passons à l'assemblage final et à la peinture.
La trappoklappe devra être légèrement poncée pour en faciliter le positionnement. Pour avoir omis son assemblage à sec et avoir forcé sa mise en place, j'ai connu une succession de problèmes en cascade par le jeu ainsi créé. Il n'en aurait sans doute rien été sans cela même s'il faudra être vigilant lors de la mise en place du « toit amovible » (quelle idée bizarre puisque la soute est pleine de vide et si peu garnie en structure interne !).

Le schéma splinter est légèrement faux (vérifiez-le aisément avec les vues en vol du A-5 #170 dans le Monogram).
Quant au vermicelle, le seul que nous ayons trouvé était appliqué sur un A-3 (tourelle avant à confectionner et sièges pilotes non blindés).
Les codes nous ont laissés perplexes : certes ils sont connus et associés précisément à chaque machine d'après les journaux d'unités, mais aucune photo connue ne les montre et pourrait donc nous en garantir la taille (hormis une épave du KG200 sur la fin du Monogram).
De plus, il semble que les
Kennzeichnungen aient été porté longtemps même une fois l'appareil affecté aux opérations.
C'est pour cela que nous avons retenu le KR+LA #170 donc les nombreuses vues montrent quelques particularités :
· hublot goutte d'eau absent --utiliser la pièce 122 au lieu du « crystal » 121- ainsi que ceux circulaires figurés par les pièces 30 -que l'on place et peint comme une tôle-(attention les 30A eux sont bien vitrés ! )

  • les codes d'intrados sont mal positionnés par Revell (uniquement entre les antennes du FuG101 et les moteurs). Idem pour le fuselage : les codes n'étant pas à l'échelle du schéma, leur positionnement est décalé par rapport à la réalité ; se référer aux photos !
Une fois assuré que votre appareil a connu une carrière assez longue, n'oubliez pas le weathering car les BMW801 étaient très sales !
Pour notre part, nous avons représenté l'appareil lors de ses premiers vols ayant réalisé au moment de la réalisation d'un weathering plus poussé que les ailes portaient de nombreuses marques de revêtement froissé… un très important travail à la fraise boule n'étant alors plus possible sauf à reprendre toute la peinture !

On termine par le radar FuG 200 qui gagnerait à être refait avec des poils de brosse à dent dure (48 diélectriques, plus leurs supports… si vous avez le courage !) ou en photodécoupe.



En conclusion:
Adieu donc au modèle thermoformé d' Airmodel.
Excepté la restriction sur les nacelles moteurs (*), Revell a réussi là un kit fort plaisant sans difficulté, qui permet à tout fana des monomoteurs de passer sans crainte à plus ambitieux.
Peu de machines produites mais une abondante documentation vous permettront de personnaliser sans peine votre maquette… jusque et y compris en avion désarmé puisque le dernier appareil vola aux couleurs espagnoles jusqu'au milieu des années 50 (voir AVIONS # 79).
Un grand bravo à Revell en espérant que la prochaine déclinaison en profitera pour fournir parmi les pièces spécifiques un ensemble de pièces 82 « bis » correctes… et 4 porte-charges ETC 2000 !

(*)contentez-vous de combler la gorge ; quant à espérer interchanger avec les pièces du Ju 188 d'Italeri (ou sa reprise / déclinaison par AmTech), cela n'apportera rien, leurs pipes d'échappement étant disposées de façon fantaisiste !


Remerciements à Revell pour le modèle présenté ici .

© François RIBAILLY / Modelstories 2004

Les grappes crystal ont droit à une pochette spécifique . Pas les autres d'où la jambe de train qui se baladait , solitaire

Assemblage du fuselage

Il y a un petit raccord à surveiller.

Schéma de la correction des dérives

Schéma de la modification du moteur

Moteurs (image non agrandissable)

Les opérations de masquage.

Ci-dessous la bête terminée